Search

Zoom sur: « Blues Pour Élise » de Léonora Miano

Blues_Pour_elise

Zoom sur le livre de Léonora Miano : « Blues pour Elise »

 

La question de la représentation est très importante. En effet, comment trouver sa place dans la société ? Comment se forger une identité si l’ensemble des modèles auxquels nous sommes confrontés jour après jour ne nous ressemblent pas ?

La projection pour l’être humain est importante, se reconnaître dans l’autre, s’imaginer, se projeter, sont des éléments primordiaux pour se construire.

 

Même si l’identification, la projection ne passent pas nécessairement par la couleur de peau ou l’origine, (car on peut se reconnaître dans l’autre à travers plusieurs aspects) avoir des modèles dans la société (littérature, sports, vie politique, etc.) est important.

Ainsi, suivre des héroïnes de romans, voir des stars de la télé, entendre des ministres qui nous ressemblent nous confortent dans notre place dans la société. Cela ouvre le champ des possibles et nous rappellent que tout est possible !

 

 Des héroïnes aux cheveux crépus

 

Léonora Miano avec « Blues pour Elise » décrit le temps d’un roman frais et coloré, l’une des facettes de la présence noire en France.

Le roman raconte l’histoire de Shale, Akasha, Amahoro ou encore Elise, françaises d’origines « étrangères ». On suit les personnages dans leur quête du bonheur et de l’amour !

Elles ont pour certaines, les cheveux crépus, pour d’autres, des tissages.

L’auteure nous dresse un portrait de la présence noire en France, loin des clichés habituels. Les héroïnes dont elle nous compte l’histoire participent à des sessions de « speed-dating », adorent la mode et le bon vin et se retrouvent entre copines dans des bars tendances !

 

Un roman à lire de toute urgence !

 

J’ai adoré lire ce roman et me reconnaître dans certaines situations : porter ses cheveux naturels ou pas ? Être renvoyée à des origines réelles mais parfois tellement fantasmées.

On se reconnaît aussi dans les questions et reproches adressés aux héroïnes.

On s’invite dans leur intimité en leur demandant si elles sont déjà sorties avec des blancs, on leur reproche de ne pas être des vraies « sœurs ».

Autant de situation dans lesquelles beaucoup se reconnaîtront !

 

En bref, j’ai adoré lire la vie de ses héroïnes à la peau noire et aux cheveux (parfois) crépus !

 

 

 

Myriam Diallo




Laisser un commentaire